IRIS Actions/Loi communication

 


Loi sur la liberté de communication :
Commentaires d'IRIS sur l'amendement des députés Alain Madelin et Laurent Dominati

 

Libéral, sans doute, mais démocrate , rien n'est moins sûr

Cet amendement est la reprise, quasiment mot pour mot, de la proposition de loi déposée le 5 mars 1999 par Alain Madelin au moment de l'affaire Altern. Il ne fait aucun doute que Démocratie Libérale est un mouvement libéral, mais l'aspect démocratie laisse à désirer : avec cet amendement, le négoce ira bon train sur Internet comme ailleurs, dans un monde propre et en ordre puisque les fournisseurs d'accès et d'hébergement seront bien obligés de faire le ménage. Institués censeurs, ils débarasseront Internet de toute parole libre, alternative. Ou sinon...

Notons également que cet amendement ne mentionne que la responsabilité pénale. Quid de la dimension civile, alors que la grande majorité des affaires, ayant donné lieu à plainte ou non, demeure de cet ordre ?

Cet amendement ne résout donc rien, en plus d'être inacceptable en l'état. Que reste-il alors, sinon le constat d'un opportunisme politique évident ? Alain Madelin a signé, au nom de Démocratie libérale, le communiqué de presse d'IRIS suite à l'affaire Altern. Comme les autres mouvements politiques, syndicats et association signataires, cela signifie que ce mouvement en approuve les termes. Cet amendement les contredit. Par ailleurs, tenter de récupérer différentes actions (voir le site de Démocratie libérale) ne risque pas de rendre un mouvement politique crédible, pas même auprès des plus jeunes « internautes », pas même sur des thèmes dont il se gargarise, comme par exemple une prétendue « liberté d'expression », lorsque ces bonnes paroles sont démenties par les actes, par exemple cet amendement.

 

(dernière mise à jour le ) - webmestre@iris.sgdg.org