IRIS Actions/ Loi communication

Loi sur la liberté de communication :
Communiqué de presse du Réseau Voltaire (28 juin 2000)

 


Subject: LOI SUR LA COMMUNICATION : DES DISPOSITIONS LIBERTICIDES QUI ENGENDRERONT DE NOUVEAUX CONTENTIEUX Date: Thu, 29 Jun 2000 18:59:12 +0800 From: Réseau Voltaire To: meryem.marzouki@dial.oleane.com LOI SUR LA COMMUNICATION : DES DISPOSITIONS LIBERTICIDES QUI ENGENDRERONT DE NOUVEAUX CONTENTIEUX L'Assemblée nationale a définitivement adopté le projet de loi sur la liberté de communication, mercredi 28 juin 2000. Après de nombreuses modifications, les articles concernant l'Internet peuvent être ainsi résumés : 1 Les pourvoyeurs d'accès sont tenus d'offrir à leurs clients des modes de filtrage ou de sélection des services en ligne. 2 Les hébergeurs qui souhaitent dégager leur responsabilité civile et pénale du contenu éditorial des sites qu'ils hébergent doivent déconnecter ces sites lorsque la Justice le leur demande ou lorsqu'un tiers s'estime victime d'un préjudice civil. 3 Les pourvoyeurs d'accès et les hébergeurs doivent conserver à l'attention de la Justice l'ensemble des données d'identification dont ils disposent (login, heures de début et de fin de connexion, numéro IP de l'appelant, sites visités). Le détournement de ces données à d'autres fins est répréhensible. 4 L'identité et l'adresse des auteurs de site doivent être mis à la disposition du public. Soit que ces informations directement nominatives soient affichées sur le site, soit qu'elles soient révélées par l'hébergeur. Celui-ci devra donc s'enquérir préalablement de l'identité et de l'adresse de ses clients. Loin de clarifier la situation juridique, ce système aberrant va engendrer de nouveaux contentieux : Un tiers qui s'estime victime d'un préjudice civil peut demander à l'herbergeur de déconnecter le site contesté. Si l'hébergeur s'y refuse, sa responsabilité pénale et civile sera engagée. Si l'hébergeur accomplit les " diligences appropriées ", il déconnectera le site et signifiera le litige au Parquet. Si le Parquet ne donne pas de suite pénale, l'auteur du site pourra se retourner civilement pour rupture abusive de contrat contre l'hébergeur, qui se retrouvera donc à nouveau en position de responsable. Ces dispositions, conçues pour les sites, ne s'appliquent pas aux courriers électroniques individuels. Mais elles s'appliquent néanmoins à l'archivage public des mails échangés dans un forum de discussion aussi bien qu'aux courriers électroniques distribués en liste. On peut s'étonner de ce que les hébergeurs aient accepté de se transformer en indicateurs de police et en censeurs. C'est ignorer que cette loi modifie profondément le métier d'hébergeur et le fait correspondre au savoir-faire des quatre grands opérateurs français. Sous prétexte de tenir à la disposition du public l'identité des auteurs de site, les industriels se retrouvent en possession de fichiers clients exhaustifs. Le Réseau Voltaire dénonce des dispositions liberticides. Il constate qu'elles renforcent le contrôle social et servent les intérêts de grands industriels au détriment des citoyens et des consommateurs.


 

(dernière mise à jour le ) - webmestre@iris.sgdg.org