IRIS info - débats

Cinquantenaire de la
Déclaration Universelle des Droits de l'Homme

Motion des membres de GILC - 9 décembre 1998
(Version française : Marc Meier-Maletz, pour Iris)

Il y a cinquante ans, les nations du monde ont affirmé, dans la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, leur engagement à protéger et à promouvoir les droits de l'homme. Considérant que « la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde », les nations du monde se sont engagées à protéger le droit à la vie privée, l'égalité, la dignité humaine et la liberté d'expression. Alors que s'approche le cinquantième anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, il est essentiel que la communauté internationale réaffirme son engagement à respecter et à promouvoir les droits de l'homme, par delà les frontières physiques.

Les droits qui ont trouvés leur fondation dans la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme demeurent tout aussi essentiels et tout aussi menacés aujourd'hui qu'il y a cinquante ans. Les organisations signataires du présent document, membres de la Campagne Internationale pour les Libertés sur Internet (GILC, Global Internet Liberty Campaign), souhaitent rappeler aux nations citoyennes les garanties de liberté d'expression et de droit à la vie privée inscrites dans la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.

L'article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme stipule : « Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression [...] sans considération de frontières [...] et par quelque moyen d'expression que ce soit. » Cependant, des gouvernements continuent de restreindre la liberté d'expression sur Internet. En Chine, le revendeur de logiciels Lin Hai est en attente de jugement pour avoir délivré 30.000 adresses de courrier électronique à un groupe de dissidents basé aux États-Unis. Aux États-Unis, des groupes de défense des droits civils luttent dans une procédure judiciaire contre une loi nommée « Loi sur la Décence dans les Communication II » (Communication Decency Act II) qui restreindrait l'accès de personnes adultes à des contenus en-ligne.

Alors que l'article 12 de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme stipule que : « Nul ne sera l'objet d'immixtions arbitraires dans sa vie privée [...] », des gouvernements un peu partout dans le monde cherchent à contrôler et intercepter les communications sur Internet et ailleurs. Récemment, sous la pression des États-Unis, 33 pays d'Europe, d'Amérique du Nord, d'Asie et d'Amérique du Sud se sont mis d'accord pour limiter l'exportation de logiciels grand public qui protégeraient la vie privée des utilisateurs d'Internet. Ces logiciels, qui cryptent les données de sorte qu'elles ne peuvent être lues que par leur destinataire, sont largement utilisés par des groupes de défense des droits de l'homme, y compris par des membres de GILC, afin d'assurer la sécurité et l'intégrité d'informations sensibles. À Singapour, tous les fournisseurs d'accès à Internet (FAI) sont contrôlés directement ou indirectement par le gouvernement, et en Russie, une proposition portant sur la possibilité de connecter tous les FAI, via une boîte noire, au Service Fédéral de Sécurité et d'intercepter ainsi toutes les communications sur Internet est actuellement débattue.

Internet tient sa promesse d'outil de communication et de liberté d'expression le plus puissant au monde. Les membres de GILC signataires du présent document encouragent les gouvernements du monde à reconnaître et à promouvoir ce potentiel en accord avec les principes énoncés dans la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme. Les membres signataires de GILC encouragent également les gouvernements à éviter toute restriction sur des logiciels qui protègent le secret des communications des individus.

Premiers signataires :
Contact en France (IRIS) :
Meryem Marzouki (Meryem.Marzouki@iris.sgdg.org) - Tél : 0144749239

Contact GILC :
info@gilc.org

(dernière mise à jour le ) - webmestre@iris.sgdg.org